Portugal, la destination la plus pétée de 2016

11 juillet 2016 - Publié par tristangesret

 

drapeau du portugal et griezmann

Il y a des endroits où il fait bon voyager et d’autres non. En 2016, la destination la plus pétée et largement en tête du classement, est, le Portugal. Malgré les  idées reçues positives sur cette destination, soyez vigilants et réfléchissez-y deux fois avant d’y aller. Conscientes du manque d’intérêt de cette destination, certaines compagnies aériennes ont même décidé d’annuler leurs vols vers le Portugal. Explications.

Le Portugal, un pays à priori accessible

Dès la 10ème minute de jeu, Griezmann vient déposer de la tête, en pleine course, un superbe ballon cadré que le goal portugais, Rui Patricio, claque en corner. Si seulement il avait mangé un peu plus de brandade à midi, il aurait sûrement sauté moins haut. La France est en place, elle domine, la confiance s’installe. Sale temps au Portugal, les offensives pleuvent (22e, 30e, 34e). Je pensais que ce pays avait le pied marin, mais là, le bateau prend l’eau. Oubliant leurs ancêtres aventuriers, la moitié de terrain française reste quasi inexplorée et les portugais campent en défense. Vasco de Gama s’en retourne dans sa tombe (et Luis Figo baille).

Les Portugais, des gens fermés

La deuxième mi-temps reprend. Sur sa route, la France continue les sections d’assauts. Avec une détermination salazarienne, elle impose son jeu (54e et 58e). Loin de vouloir du mal aux mineurs portugais (3 mines encore actives au Portugal), on attend un coup de « Grizou ». A la 66e, Coman le sert parfaitement mais sa tête passe au-dessus ! De quoi s’arracher les poils du dos ! (ndlr : expression portugaise). On se heurte à un vrai mur, digne des meilleurs maçons. Giroud et Sissoko s’y attellent à leur tour (75e et 84e). Ronaldo s’y attelle aussi, mais au genou (#blessé #surlebanc). Bref, les portugais sont bornés, ne veulent rien laisser passer et même leurs poteaux sont dans le coup ! A n’en pas douter, « i zont du bon po’to au Po’tugal…hic… »

on dit pas quoi on dit coman kingsley foot euro

Les portugais sont des voleurs

Bon on n’est pas des machines, on ne peut pas tenir le rythme tout le match. Les portugais, en bon filous, nous volent les espaces et se créent des actions dangereuses. Mais Lloris est là pour couper les cordes vocales de ceux qui tentent d’entamer un Fado (80e et 104e). Dans le public, les sirènes portugaises (morues) nous endorment. En mal d’identité, le Portugal compte sur ses joueurs français pour briller à l’image du lorientais Guerreiro ou encore du lillois Eder . A la 109e, ce dernier déclenche une frappe à ras terre qui vient tromper notre Hugo national et lui vole la vedette. A 15 minutes de la fin du match, on a beau chanter à tue-tête la Marseillaise devant notre écran, rien n’y fait. Ça faisait 41 ans que ça n’était pas arrivé, le Portugal bat la France 1 à 0 après prolongation et lui vole le titre de champion d’Europe.

 

Toute la Team Poupi vous souhaite de bonnes vacances et maintenant vous savez ce qu’il vous reste à ne pas faire cet été…

 

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter