Mārtiņš et Andzs, ou la « moto-école buissonnière »

11 janvier 2016 - Publié par adelinelb

Martins Sils_Andzs Ubelis_portrait_poupi le nuage

Mārtiņš Sils (à gauche sur la photo) a 46 ans et développe des logiciels pour les médecins. En parallèle, il tient l’hôtel-bar Two Wheels à Riga, avec sa femme Agnese.

Andzs Ūbelis (à droite sur la photo), 40 ans, est consultant financier freelance,  après avoir travaillé plusieurs années pour le Ministère des Finances de Lettonie.

Il y a 10 ans, les deux lettons participent à un raid nature, ce genre de course d’aventureux/aventuriers qui se pratique en équipe en pleine nature : course à pied, trail, run & bike, VTT, canoë, kayak, rafting, escalade, via ferrata… Ils ne se connaissent pas mais se retrouvent dans la même équipe et là, c’est le « coup de foudre ».

Une expédition en moto « Deux caps, deux roues »

Depuis, ils ne se quittent plus et sont sans cesse en quête d’exploration. De février à avril 2015, les deux compères ont décidé de relier deux caps en deux roues : de Riga, en Lettonie, en passant par le Cap Nord, en Norvège, à Cape Town, en Afrique du Sud. Soient 33 000 kilomètres d’expédition en moto, en traversant 7 pays européens et 13 pays africains.

L’objectif global de l’expédition était d’en apprendre davantage sur les personnes et les sociétés, en explorant leurs portraits, leur culture, les symboles et la vie quotidienne dans leur habitat naturel : en somme, la compréhension de leurs différences et la recherche d’identités (africaine, arabe, européenne, et évidemment lettone).

Avant leur voyage, ils ont invité les enfants de 13 écoles lettones à leur donner des défis à réaliser le long de leur itinéraire, avec comme objectif de récompenser l’idée la plus originale. Parmi les idées : rencontrer Jodie Bieber, célèbre photographe sud africaine, manger des vers, mesurer les décibels des chutes Victoria

Nous encourageons les enfants à être ouverts au monde et à être motivés à bouger pour explorer.
Two capes_moto_twho wheels

Mārtiņš et Andzs au Cap de Bonne-Espérance.

Au guidon de leurs bécanes, Mārtiņš et Andzs parcourent en moyenne 300 kilomètres par jour, sans voir une once de criminalité. Un jour, alors qu’ils sont à l’arrêt dans un village, une vingtaine de personnes s’attroupe autour d’eux. Andzs pose ses lunettes de soleil et les oublie en repartant. Ils vont faire le plein d’essence et au moment de s’en aller, quelqu’un leur court après pour les lui rendre, « alors qu’il aurait très bien pu les voler » précise Andzs.

Nous voulons montrer aux gens qu’ils peuvent et doivent voyager en Afrique. Ce n’est pas un endroit aussi désastreux qu’on ne le pense. Les africains sont vraiment chaleureux.

Même s’ils se retrouvent parfois « au mauvais endroit au mauvais moment » et « qu’ils comprennent qu’il y a des endroits qui sont dangereux » (lorsque deux communautés africaines entrent en conflits et qu’ils sont obligés de se rendre à la frontière pour être protégés), ils vivent aussi des moments de forte complicité avec les africains, au Soudan du Nord, notamment : accueillis les bras ouverts pour boire un thé, déjeuner ou dormir…

Martin & Andzs_afrique_poupi

« Dégustation » des vers Mopane au Zimbabwe : un des défis lancés par les élèves lettons.

Racontée aux lettons

Au retour de cette épopée fantastique, ils sont partis à la rencontre des élèves lettons des écoles ayant proposé des défis : ce qui leur a permis de raconter leur aventure et d’échanger à propos de l’Afrique. Ils ont également sorti un livre en letton, édité à 1000 exemplaires, à propos de leur périple, abordant la coopération au développement, la rencontre avec les locaux en rapport avec l’Europe, leur récit du voyage, leurs photos…

Une traversée de l’Amérique en 2016

Le 06 janvier 2016, Mārtiņš et Andzs ont quitté Riga pour le Chili. Cette fois, ils sont quatre équipiers chevauchant respectivement deux motos Harley Davidson et deux motos KTM Adventure. Au départ de Valparaíso, ils vont tenter de rejoindre Washington D.C. Leur itinéraire n’est pas encore parfaitement défini. Même principe que pour leur voyage en Afrique, les deux complices travaillent avec, cette fois-ci, 77 équipes d’élèves de 27 écoles lettones différentes. Ils attendent des élèves un feedback important sur les réseaux sociaux le long de leur périple, pour les pousser à s’investir dans l’aventure, car « le but de l’opération, c’est l’éducation non-formelle. »

 

POUR EN SAVOIR PLUS : 

Visionne leurs vidéos sur Youtube et suis leurs aventures sur Facebook et sur leur blog !

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter