Interview de Benjamin Dutreux – Le jeune homme et la mer

16 décembre 2015 - Publié par tristangesret

 

Benjamin Dutreux est originaire de l’Île d’Yeu. A 12 ans, il commence la voile. Aujourd’hui, à 25 ans, il a décidé d’en faire son métier. Il est skipper professionnel. C’est un pari osé car se faire une place dans le milieu de la course au large est très difficile. Obtenir de bons résultats sportifs implique qu’il faille avoir un bateau, l’entretenir, le réparer, pouvoir s’entraîner, se déplacer sur les courses, se dégager un salaire etc… Un budget considérable qu’il est possible de réunir grâce aux sponsors qu’il faut convaincre.

La Team Poupi l’a rencontré à Saint-Gilles-Croix-de-Vie dans les locaux du Team Vendée, son principal partenaire, où il s’entraîne.

Et pour lui changer les idées, nous avons décidé de lui faire une interview… pas bateau.

C’est parti, on met les voiles! Bon voyage!

 

 – Acte 1 – Le jeune homme

Team Poupi : Bonjour Benjamin, comment tu t’appelles ?

Benjamin : Benjamin.

TP : Pourquoi la voile et pas le poney ?

B : (rires) Aaaah les salauds ! euhhhh…

TP : Tu hésites beaucoup dis donc !

B : La voile car j’ai déjà fait du poney et il me donne des coups quand je passe derrière lui. Tandis que mon bateau me laisse tranquille ! En vrai, c’est que je suis hyper branché par les sports techniques.

TP : Qui est ton navigateur préféré ?

B : Oula ! N’importe qui, n’importe quand ?…  Je dirais Éric Tabarly, je sais c’est bateau.

TP : Vas-y, fais lui une déclaration d’amour…

B : Éric je t’aime ! (rires) C’est grâce à toi que la voile s’est un peu démocratisée quand même !

TP : Tu aimes d’autres sports ou tu es un acharné de la voile ?

B : J’aime plein d’autres sports, je suis passionné par le catamaran, le dériveur, l’optimiste… (rires)

TP : Avec les meufs c’est cool d’être skipper pro ?

B : Ça dépend, demande à ma copine !

TP : Toi qui fais de la voile, tu es optimiste ?

B : (rires) Oui, très !

benjamin invitant ses amis à convoyer son bateau vers l'île d'Yeu

Benjamin en convoi avec des amis vers l’Île d’Yeu.

 

TP : Peux-tu nous expliquer le phénomène de la marée ?

B : Oui ! Simplement ou pas ? Alors il y a la Lune qui tourne autour de la Terre qui tourne autour du Soleil. Par gravité avec la Lune, l’eau monte et descend, ça fait la marée. Ça crée d’ailleurs du courant mais c’est un autre sujet, je peux en parler si vous voulez.

TP : Sais-tu pourquoi la mer est salée?

B : (Il explose de rire) Vous ne m’aviez pas dit qu’il fallait réviser ! Attendez, je vais sur Wikipedia ! Nan je sais…euh… euh… En fait quand Jésus il… euuuh… pourquoi put**** ! Pour pouvoir faire des pâtes sans avoir à ajouter de sel nan?! Nan, en fait c’est à cause de certains minéraux qu’elle contient.

TP : Est-ce que tu peux boire de l’eau de mer?

B : J’ai déjà essayé mais c’est imbuvable et déshydratant. Mais des fois, à bord, je me fais des pâtes avec de l’eau de mer et c’est vraiment dégueulasse pour le coup.

 

Il ouvre son sandwich… 

 

TP : On te fait chier ? 

B :  Non, mais on parle de bouffe et j’ai tellement la dalle… Je n’ai pas mangé de la journée ! (il est 17h20)

TP : Attention, question rapidité « SI T’ETAIS »…

B : Ok je suis prêt !

TP : Si t’étais un pirate ?

B : Jack Sparrow.

TP : Si t’étais un bateau ?

B : C’est dur ça ! C’est quoi un bateau ?! (rires)

TP : Si t’étais un poisson ?

B : Némo.

TP : Si t’étais une course de bateaux ?

B : Mais je vous ai dit que je ne savais pas ce qu’était un bateau ! Parlez-moi de poney plutôt ! (rires).

TP : Si t’étais une pièce du bateau ?

B : Ma barre car on prend soin d’elle.

 

– Acte 2 – Et la mer

TP : Tu mènes souvent les gens en bateau ?

B : (rires) Tout le temps !

TP : Quand tu es seul en mer, tu chantes ?

B : Oui, mais c’est cool que personne ne m’entende !  (Il nous passe un billet sous la table pour que l’on supprime cette question)

TP : Quelle(s) chanson(s) ?

B : Ça dépend de ce que j’écoute, il y a un peu de tout. Mais je fais du yaourt !

TP : Chante pour voir ! (rires)

 

Benjamin Dutreux sur son voilier sponsorisé par la Fondation Bénéteau et le Team Vendée lors d’une session d’entraînement.

 

TP : Quel est ton gros porT préféré ?

B : J’allais dire Babe… Oui Babe !

TP : Et le Havre alors ?

B : C’est vrai que c’est gros, mais je préfère la Rochelle et surtout Saint-Gilles-Croix-de-Vie !

TP : As-tu vu le film «  En solitaire » où le skipper, joué par François Cluzet, aide un migrant à s’en sortir ? T’as pleuré ?

B : Oui je l’ai vu. L’histoire est cool mais pas du tout réaliste en terme de voile pure (déformation professionnelle). Non je n’ai pas pleuré !

TP : Est-ce que tu parles tout seul  quand tu es en mer?

B : Oui mais souvent c’est des gros mots.

TP : Le capitaine Haddock a des expressions variées lorsqu’il est énervé : « Bachibouzouk, mille milliards de mille sabords, coloquinte à la graisse de hérisson,… ». Quelles sont les tiennes ?

B : Je suis plutôt très énervé à bord, du coup j’en ai tellement que je ne sais plus ce que je raconte ! Je finis souvent par un « allez là ! », c’est tout ce dont je me rappelle (il imite une scène d’énervement « Put*** ! Fait chier ! Bordel ! Allez làààà ! »).

TP : Attention, question rapidité POUR OU CONTRE…

B : Allez-y je suis chaud !

TP : Pour ou contre les moteurs ?

B : Pour ! Comment je fais pour charger mes batteries sinon !

TP : Pour ou contre les jet-ski ?

B : Contre ! Ça fait du bruit, ça pue et je me fais arroser par le jet derrière.

TP : Pour ou contre les interviews débiles ?

B : Carrément pour ! (On lui refile son billet sous la table)

TP : Pour ou contre cinq fruits et légumes par jour ?

B : Pour !

TP : Pour ou contre les divers produits dopants qui permettent de rester éveillés longtemps et qui peuvent être utiles à un skipper qui fait le Vendée Globe et qui dort 2h par nuit pendant 2 mois par exemple ?

B : (rires) Contre ! Mais de toute façon, ça ne servirait à rien d’en avoir, tu ne peux pas tenir 80 jours avec sinon tu meurs ! Mon rythme à moi par exemple, c’est 2h par 24h sur un parcours de 4 jours et je tiens, mais c’est chaud ! Il faut de l’adrénaline !

 

Benjamin Dutreux sur son voilier au large de Saint-Malo lors de la Solitaire du Figaro 2015.

 

TP : Tu as le mal de mer parfois ?

B : Oui ça m’arrive de temps en temps. Le plus souvent quand il n’y a pas de vent, un peu de houle et que je suis dans le bateau…

TP : Tu flippes en mer ?

B : Oui bien sûr !

TP : La pire fois ?

B : Quand je n’avais plus de Schoko-Bons ! Sans rire, quand je n’ai plus de chocolat c’est dur ! Sinon la pire anecdote… J’en ai plusieurs ! L’une des pires, c’était au large de Belle-Île (Morbihan). Je naviguais seul, de nuit, avec 40 nœuds de vent et je devais rallier Concarneau. Puis j’ai pété mon électronique ! Plus rien ne marchait (radars, etc.)! Du coup, j’ai tracé vers le large jusqu’à ce qu’il fasse jour ! Y’a que ça à faire dans ces moments.

TP : Attention, question rapidité « SUR TON BATEAU TU ES PLUTÔT »…
Sur ton bateau t’es plutôt Rhum ou Whisky ?

B : Eau !

TP : Bon ok, en dehors de ton bateau alors?

B : Plutôt rhum !

TP : Sur ton bateau t’es plutôt Niniches de Quiberon ou caramels au beurre salé ?

B : Caramels au beurre salé, même si j’aurais préféré dire brioche vendéenne !

TP : Sur ton bateau t’es plutôt musique ou silence ?

B : Je suis partagé là… plutôt silence quand même !

TP : Sur ton bateau t’es plutôt bronzette ou tempête ?

B : Bronzette, c’est pas mal hein ?! (rires)

 

Benjamin Dutreux sur son voilier sponsorisé par la Fondation Bénéteau et le Team Vendée, lors d’un entraînement.

 

TP : As-tu déjà vu des sirènes ?

B : Non jamais.

TP : Et si un jour tu en vois une, tu fais quoi ?

B : Ça dépend de la sirène ! (rires)

TP : Tu fais des courses en solitaire, pourtant tu as l’ardoise Poupi Le Nuage avec toi*, ce n’est pas un peu de la triche ?

B : Si, carrément ! Mais personne ne le sait et j’espère que je vais réussir à la cacher encore. Je lui parle et je note mes réponses à l’avance. Quand il faut prendre une option tactique par exemple, je note la réponse dessus, je lui pose la question et Poupi Le Nuage me donne la réponse. Si je me trompe d’option, je dis que c’est de sa faute ! (rires)

TP : Tu connais la chanson : « Qui peut faire de la voile sans vent, qui peut ramer sans rames, qui peut quitter son navire sans verser de larmes » ? Tu peux le faire toi ?

B : Non je ne pourrais pas !

 

– Acte 3 – FIN DU VOYAGE

TP : As-tu un message à passer à tes concurrents ?

B : Merci… Enfin… Je n’ai pas grand-chose à leur dire (rires)

TP : Un mot a passé à la communauté Poupi Le Nuage ?

B : Gardez la tête dans les nuages !

TP : A tes sponsors ?

B : Merci pour tout ! Heureusement que vous êtes là.

TP : A tes futurs sponsors ?

B : Allez là ! (rires) On vous attend et on a hâte de partager l’aventure avec vous !

TP : Merci pour tes réponses et ta bonne humeur Benjamin ! Bon courage pour la suite, pour ta recherche de partenaires et tes prochaines courses !

 

Retrouvez les aventures de Benjamin sur son site www.benjamindutreux.com et sur sa page Facebook.

 

*Benjamin Dutreux est un ambassadeur de la communauté Poupi Le Nuage depuis 2015.

 

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter