Qui se cache derrière le plus long covoiturage du monde ?

21 mars 2016 - Publié par tristangesret

map transsibérienne brest vladivostok

Journaliste à France Inter, France Info et au Télégramme,  Gérard Pinguet est actuellement l’un des derniers pronostiqueurs équins indépendants en France (c’est lui qui aide ton grand-père a avoir le tiercé dans l’ordre). Passionné donc par les chevaux mais aussi par le pays des Tsars, il était dur de résister à l’accroche « La Russie, c’est son dada ! »… Et ce quinquagénaire de 60 ans a de quoi nous étonner. Il vient de faire le buzz sur internet (malgré lui) en proposant le plus long covoiturage du monde : Brest – Vladivostok, soit près de 15 000 km ! La Team Poupi est partie à sa rencontre, chez lui, en Bretagne. Mets ta ceinture, on y va !

Le créateur des rallyes « Raid photos des capitales »

C’est à 26 ans que Gérard Pinguet commence sa vie d’aventurier. Il décide, en 1983, de créer un rallye un peu particulier,  le raid photo des capitales. Le principe ? Proposer à une trentaine de baroudeurs un itinéraire à suivre sur plusieurs pays et photographier des paysages, des monuments, des personnes. Seule obligation, être présent aux briefings du soir et aux dîners. Un mois après la fin du rallye, chacun envoie ses 30 meilleures photographies en format 20*30 cm. Les 3 meilleurs albums reçoivent un prix. Les participants découvrent ainsi le monde avec leur propre véhicule, tout en étant encadrés par les organisateurs. « Beaucoup sont étonnés de voir à quel point le monde est petit et que l’on peut se rendre partout par ses propres moyens. C’est aussi une façon originale d’entrer en contact avec les locaux, souvent intrigués par la plaque d’immatriculation ». Depuis, il n’a jamais cessé d’en organiser, un par an au minimum. Ces expériences l’ont amené à visiter un nombre considérable de pays, à repérer les lieux d’intérêt, à établir des feuilles de route, etc… Pour finalement faire de ses voyages un véritable métier.

chita cathedrale rallye raid photo des capitales

Cathédrale de Tchita, en Russie, immortalisée lors d’un raid photos.

Deux transsibériennes au compteur

Le journaliste, féru de géographie et d’histoire, est naturellement tombé amoureux de la Russie – et d’une de ses habitantes, Kira, devenue depuis sa femme. Ensemble, ils vont aller plus de 25 fois en Russie. On comprend mieux pourquoi il est incollable sur ce sujet ! Les Tsars, les révolutionnaires, l’Eglise orthodoxe, les monuments et j’en passe n’ont plus, ou peu, de secrets pour lui. Mais Gérard va aussi s’y rendre seul. Il réalise sa première transsibérienne (Brest-Vladivostok) en 2012. De cette aventure, il publiera un livre « La Transsibérienne en Solitaire », sorte de carnet de route de l’expédition. Il y décrit les lieux qu’il visite, leur histoire, les endroits où il dort, où il se restaure. On retrouve ainsi des anecdotes et des bons plans tout au long du plus grand parcours routier de la planète.

En 2013, le voyagiste Salaün décide de proposer un itinéraire hors du commun pour un autocariste : un Paris-Vladivostok en 50 jours. Ni une, ni deux, c’est Gérard qui est choisit pour faire l’éclaireur et la feuille de route. Quel parcours emprunter pour un autocar ? Où s’arrêter pour dormir et se restaurer ? Une deuxième transsibérienne est alors entreprise pour permettre au voyagiste de proposer à ses clients, en 2014, « le voyage du siècle ».

gengis khan mogolie statue

La statue de Gengis Khan en Mongolie, une des plus grandes statues équestres au monde.

Le plus long covoiturage du monde

Comme on dit souvent, jamais deux sans trois. Ça n’a pas manqué. Gérard décide de réaliser une troisième transsibérienne aller/retour en mai 2017. Sans oublier un petit détour par Astana, la capitale du Kazakhstan et par Oulan-Bator, la capitale de la Mongolie. Afin de constituer une équipe d’expédition, il propose tout simplement son annonce sur Blablacar : 14 880 km en covoiturage, un record ! Mais rien ne se passe. L’annonce reste ainsi près de deux ans dans l’ombre de milliers d’autres annonces. En février 2016, le journal Ouest-France la repère et décide d’en faire un article. Version papier, version Web l’article est créé. C’est le début du buzz. L’annonce est vue plus de 32 767 fois sur le site de covoiturage (au minimum, car le compteur de vues est bloqué !). Topito, BuzzFil et même les chaînes de TV russes reprennent l’info. C’est de la folie ! Gérard reçoit plus de 4600 candidatures en une semaine.

Si j’avais su, plus jeune, qu’il était si facile de faire le buzz, j’aurais sûrement fait plus de grandes choses.

Aujourd’hui, Gérard est en pleine préparation de l’expédition. Il trie les candidatures et rencontre les potentiels participants afin de constituer son équipe pour mai 2017. En parallèle il recherche des sponsors… A bon entendeur !

Gérard Pinguet et poupi transibérienne covoiturage brest vladivostok

Et si l’on prenait part, nous aussi, à l’expédition ? Affaire à suivre…

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter