Dean et Deborah, un tour du monde en Couchsurfing

15 septembre 2016 - Publié par tristangesret

portrait poupi dean et deborah

 

En trip à Jersey, nous avons rencontré, via couchsurfing, Dean et Deborah. Nous apprenons que nous sommes leurs premiers invités  depuis qu’ils ont eu leur premier enfant, Noah, il y a plus de 3 ans. Mais alors, comment font-ils pour comptabiliser plus de 120 références sur le site couchsurfing ? Nous menons l’enquête…

Le crime aurait pu être parfait…

Dean vient nous accueillir à l’arrivée du bateau, pris deux heures plus tôt à Granville. Détendu, souriant, jogging/baskets, nous montons dans son 4×4 direction la campagne de Saint-Helier. Nous arrivons 10 minutes plus tard à Rose Cottage, une demeure chic de Jersey. A première vue, tout à l’air normal : une grande maison bien rangée, une cuisine équipée, quatre chambres, un salon très cosy avec sa cheminée, un écran géant mais vraiment géant. Bref rien de suspect.

Nous en entamons la discussion avec notre hôte afin d’en savoir plus sur sa famille. Cela pourrait nous mener sur une piste intéressante… « I come from Brisbane, Australia » nous dit-il avec son accent (australien), toujours avec ce grand sourire qui ne disparaîtra pas du weekend. « J’ai 37 ans et je travaille dans la finance. Ma femme, Deborah, vient de Genève en Suisse, elle a 36 ans. Elle est mère au foyer. D’ailleurs la voilà !« . Une voiture se gare dans la cour, une femme entre avec un enfant dans les bras. Elle nous salue très chaleureusement et demande de l’aide à son mari « Dingo, can you take care of Isabella please, I have to pick Noah up« .

Deborah venait d’appeler son mari Dingo, lui qui prétendait s’appeler Dean 5 minutes plus tôt. Mais que cherchent-ils à cacher ?… Nous l’interrogeons sur l’origine de ce surnom sans lui mettre la puce à l’oreille. « Dingo vient de Dean Morrison, le surfeur, qui est aussi de Queensland d’où je viens » nous explique-t-il. « Ma femme, c’est Fudgie, suite à une drôle d’expérience avec une glace Baskin Robbins à Chiang Mai, en Thaïlande« …

Bingo ! On les tient ! « C’est donc ça Dean, toi et ta femme êtes allés en Thaïlande et c’est de là-bas que vous avez créé un faux compte couchsurfing pour quelques dizaines de dollars. Ainsi, avec des centaines de références positives à votre égard, vous êtes sûrs d’attirer des voyageurs de tout horizon. Et c’est là que vous les tuer. Dingo, Fudgie, l’histoire de la glace, Brisbane, Genève, tout est faux. Avoue-le !« .

Dean est décontenancé. Pris au piège, il tente un dernier subterfuge avant que nous appelons la police. « Qu’est-ce qu’il vous prend ? Non pas du tout. Tout est vrai. Laissez-moi vous expliquer« …

Dingo et Fudgie, volontairement nomades.

Il nous fait passer au salon. Les murs sont tapissés de photos de vacances et les étagères comportent de nombreux livres sur le voyage. Autour d’un café, confortablement installés dans le canapé, il nous dévoile ce qu’il affirme être la vraie histoire. « Ma femme et moi avons décider de réaliser un tour du monde. C’était la chose qui nous tenait à cœur avant de fonder une famille. C’était comme une évidence. Alors avant de revêtir notre rôle de parents et les responsabilités qui en découlent, nous avons décidé de quitter notre confort, de découvrir d’autres horizons et d’autres cultures« . Le voyage va durer près de 2 ans…

train voyage equateur dean et deborah

Dingo et Fudgie sur les chemins de fer équatoriens.

Un tour du monde en couchsurfing

Ils débutèrent leur trip par l’Asie. Un jour, alors qu’ils sont à Xi’an, en Chine, il rencontre Brett, un mec de Seattle. Ce dernier leur parle de couchsurfing. C’est la révélation. « Nous n’avions jamais entendu parler de cette communauté avant alors que c’est génial. Partout dans le monde, des inconnus te proposent de dormir chez eux gratuitement en occupant un canapé ou un matelas vacant. Le but étant de s’immiscer dans la culture locale, rechercher l’authenticité, les hôtes font souvent leur maximum pour te faire découvrir leurs coutumes« . L’aventure débute. Ils se font héberger pour la première fois par une famille au Cambodge. Et ensuite ils enchaînent les rencontres, les pays, les continents. Au total, c’est plus de 49 pays traversés, des centaines de nuitées via couchsurfing ! « C’était incroyable, les gens étaient tous tellement accueillants !« . Quand on lui demande s’il a eu des mauvaises expériences, il répond que non. Pour ce qui est de sa meilleure expérience, il dit que c’est impossible à choisir. Tous les hôtes avaient quelque chose à leur apporter, à leur montrer, à leur donner, à partager. « Certains sont même devenus de véritables amis. Je pense notamment à Tamara et Matias en Uruguay« . Pour ce qui est de leur pays favori, là encore, difficile de choisir mais c’est sûrement l’Argentine. « C’est l’un des pays les plus étonnement diversifié du monde. Mais j’en ai assez dit, vous jetterez un oeil sur notre blog que nous avons tenu tout au long de notre voyage« .

couchsurfing cambodge dean et deborah

Dingo et Fudgie hébergés via couchsurfing par une famille cambodgienne.

De retour à une vie sédentaire.

A leur retour, fidèles à leur conviction, ils fondent une famille. Noah a aujourd’hui 3 ans et Isabella a 2 ans. « Nous voyageons moins qu’avant et différemment, mais nous n’avons pas perdu « l’esprit couchsurfing ». C’est pour cela que l’on continue d’en faire et que vous êtes parmi nous » clame-t-il avec encore ce sourire éclatant (ndlr: mais putain ça lui arrive d’être triste ou quoi??). Ce qu’ils retiennent de leur expérience à travers le globe, c’est avant tout l’humilité. De plus, il affirme que l’on est heureux que lorsque rencontre et que l’on communique avec des gens et qu’il faut profiter de chaque instant comme si c’était le dernier. « Lorsque nous voyagerons à nouveau, nous utiliserons encore couchsurfing, à coup sûr ! Car toute cette philosophie de vie, nous voulons l’inculquer à nos enfants« . Alors quand on lui demande s’il a un message à laisser aux membres de la communauté Poupi Le Nuage, il répond du tac au tac « Vive la vie, vive Poupi et tracez votre route !« .

 

Pas de doute, pour leur prochain tour du monde, il faudra qu’ils se procurent l’ardoise Poupi Le Nuage !

 

 

Partager l'articleShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter